Tout, N'imp & Co

02 avril 2012

Tu veux que j’te raconte quoi sérieu’…?

Qu’on se le dise, à l’heure où tu as ouvert ce blog, il n’avait qu’une vocation: être ton bureau des plaintes. Les premiers articles, des jérémiades, des complaintes, bref, des trucs que tu devaient sortir, histoire de clarifier certaines choses, histoire de pousser certaines réflexions enfin, on essaie quoi pour te libérer de ces putains de maux qui te bouffaient la vie. Au fur et à mesure, tu as su changer la ligne conductrice de ton blog. Tu payes toujours autant ta vie sur la toile certes, mais d’une manière différente par moment, à base d’autodérision, en essayant d’intégrer quelques zestes d’humour enfin tu tentes quoi histoire de dédramatiser certaines situations. Tu troques également le “je” par le “tu”, histoire de prendre du recul, amener une certaine distance entre celle qui écrit et toi même, et ainsi essayer de rester neutre pour ne pas t’enferrer dans tes propres problèmes, et surtout, parce que tu excelles en la matière, éviter de t’en créer là où il n’y en a pas forcément. On t’as pourtant jamais diagnostiqué schizo mais qu’à cela ne tienne, même quand tu te parles à toi-même, tu dis tu.
Et même si la blogo est pour toi une sorte de vie parallèle à la réalité qui t’apportes beaucoup de jours en jours, même si pour toi, écrire est un exutoire mais aussi une manière de t’exprimer, de communiquer, de délirer, ces derniers temps, écrire, t’en as plus envie. Le besoin, tu l’as, mais l’envie non. Pourtant, ce n’est pas les sujets qui manquent, mais disons que t’as plus trop l’âme, ni l’énergie pour décortiquer ce quotidien qui au final, n’est que le quotidien banal d’une nana insignifiante, qui stagne et qui malgré ses apparences de jeune écervelée, se fait pas mal de mouron pour son avenir.
Ouais, la nana insignifiante et un peu pathétique n’a plus la force de prendre du recul, tout est là, à vif.

Alors au final, tu veux que j’te raconte quoi sérieu?

Je pourrais tomber le masque exit le “tu” et te raconter que jeudi dernier j’ai passé la matinée à chialer devant mon desk, sous prétexte qu’ils avaient tous décidé de me faire chier, sous prétexte que mon taf est un boulot d’exécutante, sous prétexte que je me rends bien compte que je suis entrain de m’abrutir totalement, et que je ne suis même plus capable de réfléchir et d’avoir un semblant de réflexion sur certaines choses. A force d’être dévaloriser, je tends à croire que je suis complètement con. Et quand bien même, ma paranoïa m’amène à soupçonner un complot. En clair, on te demande de planter des tomates, pour s’entendre dire “mais putain Fulmina, réfléchis un peu, concentre toi, pourquoi tu as planté des tomates? On t’avais dis des carottes!!!” Et quand bien même, pour planter des carottes, t’as besoin de graines, alors t’en demandes, ce à quoi on te répondras “Débrouilles-toi”. Tu sais pas faire de jardinage, tu peux rien inventer, en réalité, c’est toi la plante verte.

imagesCA8AJEPBJe pourrais te raconter que j’ai enfin pu passer du temps avec ma nièce de deux ans ce weekend. Ma nièce que je ne vois que très rarement maintenant. Ma nièce si éveillée, si coquine, si mignonne. Je pourrais te confier que je me fais beaucoup de soucis pour son avenir, quand je vois que ses cons de parents se déchirent, juste pour s’emmerder mutuellement, oubliant de penser avant tout au bien être de leur fille. Je pourrais avouer que quand je la regarde jouer, si innocente, il m’arrive de chialer parce que je voudrais la protéger mais que je suis impuissante. Je pourrais te dire que je chiale dès que je la quitte parce que je sais que je ne vais pas la revoir avant des semaines. J’ai mal quand je vois les progrès qu’elle fait, et quand ma sœur me dit avec désinvolture “ah ça? Ca fait longtemps qu’elle sait le faire!”

Je pourrais te raconter que j’en ai plein le cul des attitudes puériles de ma sœur, que j’ai peur pour mon père qui vit à 700 bornes, qui est de plus en plus faible. Et même si je ne porte pas sa compagne qui a su faire exploser ma famille, dans mon cœur, j’ai peur qu’il se retrouve seul sous prétexte qu’elle a une récidive de cancer, et qu’apparemment c’est sérieux. Je culpabilise de ne jamais appeler mon père sous prétexte qu’être loin, et mettre des œillères, c’est probablement plus facile.

Je pourrais te raconter qu’hier, ça faisait tout juste un an, jour pour jour que je perdais ma virginité. J’aurais pu te raconter dans un article assez funky comment j’ai vécu cette première fois et combien je ne pouvais pas rêver mieux. J’aurais pu te raconter que ce jour, je l’ai longtemps attendu, pour au final me rendre compte, que rien n’avait changé en moi. J’aurais pu, t’exposer les détails croustillants, mais j’y arrive pas. Pourtant, cet article tournait dans ma tête depuis des semaines, un article qui se devait d’être posté le 1er avril, date clé. Mais je l’ai pas fait. Parfois je me demande si à force d’échanger avec mes lecteurs, à force d’apprendre à les connaitre, je ne commence pas à m’auto-censurer. Parfois, je pense aussi vouloir éviter certaines réflexions et bons conseils de ceux qui croient avoir tout chié.

Je pourrais te raconter que ça fait une semaine jour pour jour que j’ai mis un terme à ma relation avec le Branleur; et que ça fait une semaine que je me réveille en pensant à lui, que je rêve de lui quasi toutes les nuits, que la journée, il est encore là, et que même si je sais que j’ai fais le bon choix, il me manque. Ce que je voudrais qu’il soit me manque. Je pourrais me confesser en te disant que je suis rivée en permanence sur mon compte adopteunboulet bidon, pour surveiller la moindre de ses connexions, et je pourrais te dire que j’ai conscience qu’au delà du fait que ça ne sert à rien, je sais pertinemment que me fais du mal, mais que j’y peux rien. Je pourrais te dire aussi que j’ai réactivé mon propre compte, le vrai, et que je déchante vite quand je vois tout ce panel de pauvre types tous aussi ingrats les uns que les autres, que quand je mets le Branleur à côté, y’a pas photo.

Je pourrais t’avouer que j’ai peur. Peur de l’avenir. Peur de perdre mes parents, peur pour ma nièce, peur pour moi-même. Ma situation professionnelle, ma situation amoureuse qui ne décolle pas. J’ai peur de ne pas fonder de famille à mon tour, de ne pas trouver le bon en temps et en heure. Quand j’étais plus jeune, il est clair que je ne me voyais pas là à presque 26 ans. Je me voyais déjà avoir enclenché pas mal de choses. J’ai peur de ne rien faire de ma vie.

Ce soir, c'est comme ça, j'ai pas la force de me battre, demain je rebondirai. C'est quand demain?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par fulmina86 à 21:50 - Au fil des jours - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

Commentaires

    Ben alors Fulmina c'est quoi ça ??? Comme je pourrai avoir écris ces lignes il y a quelques années en arrière... et tu vois je ne désespère pas à 32 (enfin dans l'année de mes 33 ans) de faire ma vie, mes enfants, ma famille. Courage. Bises

    Posté par Lademoiselle57, 02 avril 2012 à 22:31
  • Ces mots, ils me sont venus plus de cent fois en quatre ans de blogosphère.
    Les moments où j'ai envie d'écrire et je le fais, d'autres où l'envie est là mais je n'y arrive pas. Parfois (souvent) les plus beaux textes sont dans nos têtes et y restent.
    Ici, tu ne dois rien à personne : c'est toi qui crée et décides de ce que tu veux y mettre. Nos attentes ne comptent pas. Nous sommes là par choix : celui de te lire telle que tu t'écris. Perso, je trouve parfois écho de ma propre vie dans la tienne ... Je ne peux m'empêcher alors de laisser un peu de mon "expérience" sur ton espace. Juste parce que je t'apprécie bien, juste pour te dire que tu n'es pas seule ... juste peut-être t'aider un peu (ou pas !). Sous l'humour et l'autodérision, je sens bien une jeune femme qui en bave, qui hésite. Qui a ses angoisses propres. Je vois aussi une jeune femme qui ne se laisse pas abattre même si parfois elle baisse les bras ...
    Demain, c'est demain : tu rebondiras ! Mais ne délaisse pas aujourd'hui et son "farniente" ... se laisser un peu aller n'a jamais fait de mal, bien au contraire ...
    J'te bisouille, Miss ... ici et maintenant !

    Posté par Douce-amere, 02 avril 2012 à 22:57
  • Fulmina, tu mérites 1000 fois mieux que le Branleur... c'est peut-être le lien, l'attachement, la relation qui te manquent mais pas le mec? Alors je crois pas avoir tout chié mais j'ai envie de dire "Patience et longueur de temps... blablabla" enfin tu vois... Mais j'entends très bien tes peurs...
    Continue de bloguer et de nous raconter... tu as un don pour ça! ^^

    Posté par Mimilady, 02 avril 2012 à 23:09
  • Quand j'ai commencé à lire ton post, je me suis fait : nooon elle peut pas arrêter, pas maintenant je viens seulement de la découvrir, j'ai lu tout son blog en quelques heures. J'ai dévoré la plupart de ses articles, je me suis retrouvée en elle. Tout ce que j'ai vécu voire pire elle l'a subi elle aussi...

    Bref, j'étais déjà en train de faire mon petit truc égoiste mais dès que tu as parlé en "je" là c'est à toi que j'ai pensé et au final, ce message m'a cent fois plus boulversé parce que derrière le "tu" quinous fait pensé à nous, là il n'y a que toi, toi seule et je sais pas comment le dire vraiment mais c'est le genre de partie de toi qu'on veut connaître parce qu'elle est tellement authentique.

    Ne perds pas pied, bats-toi parce que la vie que tu mérite n'est surement plus très loin. En tout cas c'est sincèrement ce que je te souhaite.

    Posté par Anaïs Anaïs, 03 avril 2012 à 10:22
  • Faut pas dire ça... Le bonheur ça te tombe dessus sans que tu ne t'y attendes!

    Mon ex, que j'ai rencontré sur Adopte, je le pistais sur ses moindres faits et gestes sur le net après notre rupture.
    Je me disais que je ne trouverais pas mieux, et puis un jour badaboum, j'ai rencontré mon chéri actuel à presque 25 ans, et je ne m'y attendais pas du tout.

    Et puis je psychote sur pas mal de choses aussi, tu n'es pas la seule.
    C'est normal si ça concerne les proches que tu aimes.

    Pleins de bisous!!

    Posté par AsianGirl, 03 avril 2012 à 14:31
  • on a tous et toutes les craintes autour du futur, de la vie, de la mort... Mais bon il faut croire en nous, en a vie et en ..... en .. bah pas en les mecs !!! Et ça ça me déprime !!

    Posté par CamilleG, 03 avril 2012 à 14:42
  • WoW...ma belle c'est pas la grande forme...
    Ce n'est qu'une passade t'inquietes...Ca arrive souvent en cette periode.. Tu rebondiera hautement, j'en suis certaine... Plein de BiZzZOooOO!...on est toutes avec toi!

    Posté par LoOule, 03 avril 2012 à 18:26
  • Cheer up baby !!

    Posté par T., 03 avril 2012 à 23:23
  • Juste un p'tit bisou en passant. Comme ça, pour rien. Juste pour te dire que je pense à toi et que j'espère que ton moral remonte ... et si ce n'est pas le cas, ben tu sais où me trouver si tu en as envie.
    Bisou ! (pour la route !)

    Posté par Douce-amere, 05 avril 2012 à 11:05
  • Ruminer ne sert qu'à remuer ce qui pèse.
    Tes options: faire un voyage méditatif,en Inde par ex;
    entreprendre une psychanalystes (efficace mais coûteux);
    changer de vie et virer qu'est paramètres (ça demande une puissance intérieure terrible.
    Ladeuxième option permet de débusquer ses peurs primitives derrière les peurs manifestes.
    COURAGE

    Posté par Sardinette, 07 avril 2012 à 17:14

Poster un commentaire